COLOMBIE – 4

10 août 2019 0 Par Virginie

Guatape

Quelques graffitis avant de quitter Medellin … 😉

parfois c’est dur de monter !
arrivée sur Guatape

Guatape est un village adorable au bord de l’embalse El Peñol, la plus grande réserve d’eau de la région et le principal fournisseur d’énergie électrique.

Les lettres « G et U incomplète » peintes en blanc…c’est le début de Guatape qu’on voulu écrire les habitants du village en litige avec les habitants d’El Peñol sur la propriété de la pierre. Heureusement, ces derniers sont arrivés à temps pour limiter le massacre.

Par hasard, nous arrivons à Guatape le jour de la Fête des Fleurs de la ville !

La caractéristique principale du village de Guatape est ses frises colorées en haut-relief sur les murs des maisons qui font référence aux coutumes et aux légendes de la région.

pause-déjeuner
sur la place principale

Nous rencontrons Valérie, Jérôme et leur fils Charles, famille française installée à Guatape …

installés sur la parking de la ville, il y a de la place pour jouer !
un moto-taxi richement décoré pour nous emmener en visite !
La Piedra d’El Peñol

Pour profiter de la vue inoubliable en haut du rocher du Peñol, il faut gravie ses 659 marches pour environ 200M d’ascension !!!

presque …
même Doudou est fatigué !
un petit réconfort …
improbable …que font-elles là ?
Le monolithe a été escaladé pour la première fois en 1954 par Luis Eduardo Villegas Lopez.
vue sur El Peñol depuis chez Valérie et Jérôme
aide sur l’itinéraire à venir …
merci pour ce temps passé ensemble
les garçons profitent de l’eau …

Sur la route de … et à Manizales

et oui, les panneaux varient d’un pays à l’autre !
…mais il y a toujours des centaines de migrants sur les routes

La vie sur les routes de Colombie est régulièrement compliquée … en plus des distances assez grandes, les travaux sont nombreux (autant que les camions) et les ralentissements énormes !!! Ce tronçon de route de Medellin à Manizales nous a pris 8h pour 160 kms … on vous laisse calculer la moyenne !!!!

souvenir d’une morsure de chien en bord de route lors de la recherche d’une bouteille de gaz … qui a mérité le programme de vaccination anti-rabique !

Nous retrouvons la « famille Bremjae » (rencontrée à Palenque au Mexique il y a un peu de temps!) …et nous profitons de ce temps ensemble …et aussi un grand merci à Juan et Maria qui nous accueillent sur l’esplanade en bas de leur résidence …

Nous sommes conviés par Juan et Maria à partager un dimanche en famille et entre amis ….première étape: la pêche !

pour les grands aussi !!!

une grande tablée !
on se régale des poissons rouges que nous avons nous même pêchés !!!
tous en route dans le CC…la fête est plus folle !
Félix et Emile, inséparables
avec Paula …

Deuxième étape: séance piscine et apéro à la colombienne !

un arrêt sur le chemin du retour….arepa au fromage, miam !!!
séance bricolage
déjeuner ensemble

Puis, nous partons au garage afin de changer les plaquettes et les roulements arrière …

merci à Gonzalo (le grand-père de la famille) pour sa présence, son aide et son sourire constant !
comme souvent, le quartier des garages n’est pas le plus chic de la ville

Aujourd’hui, on fait un bowling !

« Rosita » (la grand-mère de la famille) en plein strike !
et un resto pour finir en beauté la soirée !

Balade à Manizales,

Manizales, la « ville aux portes ouvertes », réputée pour son hospitalité, fut fondée par des immigrants venant de l’Antoquia, près de la montagne de Ruiz, aux neiges éternelles. Cette ville, particulièrement propre et attirante est perchée à 2216m sur des milliers d’échasses de bambous accrochées à la paroi abrupte de la cordillère des Andes. C’est une ville jeune, universitaire et intellectuelle, et le développement de ses industries est déjà bien avancée. Le commerce du café, la richesse principale du département de Caldas, y est important. Le tourisme prend de l’ampleur, on y vient pour ses termes, pour visiter des fincas de café et observer des oiseaux ou partiquer l’andinisme !

Monumento a los Colonizadores retrace symboliquement les étapes de la colonisation paisa.
au Musée du café …

BBQ organisé pour remercier nos hôtes de leur accueil, de leur générosité, de leur temps et de leur gentillesse …

le coin des enfants
Bruno, Juan et Martin
Emile et Félix, toujours en action !
Paula, Gonzalo et Virginie
« Rosita » et Maria
Emmanuelle

Nous allons le lendemain matin dans l’école primaire où était scolarisé Juan …afin de découvrir la vie à l’école colombienne; cette dernière est une école privée de quartier…

Nous en profitons pour nous balader dans le centre-ville …

Catedral

La Cathédrale traversa plusieurs tremblements de terre. Ses murs de ciment non polis lui donnent un aspect inachevé. C’est une large et imposante structure de style gothique. Elle est probablement la plus haute église du pays et son mirador serait l’un des plus 5 plus hauts du monde.

Les vitraux de France, de Grèce et de Colombie embellissent l’intérieur du sanctuaire. Le vitrail au-dessus de la porte est admirable. Le baldaquin qui surplombe l’autel a été sculpté dans le bois et doré en Italie. Les voûtes sont bâties dans un mélange de marbre fin et de ciment brut : en effet, le marbre ne pouvait pas être l’unique matériau, car la structure de la cathédrale n’aurait pas pu supporter un tel poids.

écrivain public ! (rédaction d’actes …)
on peut jouer au loto dans la rue…
..ou tenter sa chance au casino !
trop tôt pour aller danser !
une ville tout en montées et descentes !

Nous récupérons Félix tout sourire à la sortie …

partout, on se fait des copains !
avec la classe de CE2
merci à Oscar, le professeur de sport pour son accueil et sa disponibilité …

Nous déjeunons dans un petit restaurant local en face de l’école…nous engageons la conversation avec le monsieur à côté de nous…qui nous offre le repas pour tous les 3 au moment de partir en toute discrétion et simplicité …si surprenant et pourtant tellement en regard de la générosité colombienne …

Un dernier coucher de soleil sur Manizales et nous reprenons la route après avoir rencontré l’hospitalité colombienne telle que nous n’en avions pas idée …